Des salariés aidants au bout du rouleau, comment les aider

Le risque de dépendance et de perte d’autonomie concerne de plus en plus de Français à mesure que l’espérance de vie s’allonge. S’occuper d’un proche quotidiennement, nécessite une disponibilité de tous les instants. Pour les aidants, cela se fait au détriment de leur bien-être financier, émotionnel et physique. Et de leur carrière. Ils prennent des congés, partent tôt, arrivent tard ou arrêtent complètement de travailler. Les aidants peuvent alors ressentir du stress, de l’isolement, de la fatigue, voire de l’épuisement.

Le cri d’alarme des salariés aidants

Aujourd’hui, plus d’un Français sur six soutient au quotidien un parent, un enfant ou un proche en situation de dépendance. Parmi eux, plus de la moitié est en activité professionnelle. Se retrouver en position d’aidant a des impacts considérables sur la vie des salariés : 90 % ressentent davantage de fatigue et de stress et 79 % éprouvent des difficultés à concilier vie professionnelle et activité d’aidant.

Du côté des entreprises, les conséquences sont lourdes : absentéisme (59 %), problèmes d’organisation (50 %), démotivation (48 %) et perte de productivité (41 %). Pourtant, seules 15 % d’entre elles font aujourd’hui de la question des salariés-aidants un thème de réflexion.

Vieillissement de la population oblige, le nombre d’aidants serait amené à doubler pour atteindre les 20 millions en 2060.

Les entreprises doivent agir

Aujourd’hui, seul un aidant sur 3 évoque ses difficultés avec son supérieur hiérarchique.

Pourtant, de nombreuses solutions existent pour permettre aux entreprises d’alléger la charge de ces salariés en difficulté. Tout d’abord, alors que les congés spécifiques (congé de proche aidant, congé de solidarité familiale) sont largement méconnus : seuls 12% des collaborateurs concernés y ont recours, un accès facilité et unique aux informations concernant les droits des aidants semble primordial.

Les entreprises peuvent également proposer des aides financières, par exemple en facilitant la mise en place de services pour le maintien à domicile (femmes de ménage, auxiliaires de vie), développer un système de don de RTT, ou encore offrir des formations aux aidants et à leurs managers.

L’État devra jouer son rôle pour appuyer les entreprises dans leurs démarches de soutien aux aidants, notamment à travers la future loi Autonomie.

Quelques exemples concrets pour aider les aidants

Soutien psychologique et information

Prendre soin d’une personne dépendante est épuisant. Pour de nombreuses familles, c’est une nouvelle expérience chargée d’émotions, et elles ne savent pas trop à quoi s’attendre. Les questions sont nombreuses. Il est important que les aidants aient accès aux bonnes ressources et à un soutien psychologique – non seulement pour leur proche mais aussi pour eux-mêmes. Former une équipe de soutien aux proches aidants, parler aux groupes de soutien au sein de l’entreprise ou avoir accès à des soins bien-être (massage, relaxation…) ne sont que quelques-unes des façons de réduire le stress et de gérer cette nouvelle situation.

Le tout accompagné de la mise en place d’une feuille de route immédiate et anticipée pour prévenir les besoins, l’information et l’orientation sur les dispositifs d’aides financières, de congés spécifiques et des mesures de protections juridiques.

Réforme de la dépendance – Livre blanc Mercer – octobre 2019
Aide au maintien à domicile

Beaucoup de Français préfèrent rester dans leur propre logement avec l’avancement de l’âge. Cela signifie devoir apporter des aménagements à leur lieu d’habitation pour assurer leur sécurité et leur confort : installation de rampes, élargissement des portes, installation de douches, pour ne citer que quelques-uns des besoins. Il s’agit aussi de mettre en place des services et des soins à domicile.

Recherche de solutions d’hébergements temporaires ou pérennes : EHPAD, résidences seniors

La décision de déplacer un  proche dépendant dans un Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) est une décision importante. Cela est lié à de nombreux défis logistiques, administratifs, et financiers, pour lesquels l’aide d’un conseiller social s’avère souvent indispensable.

La décision de déplacer un  proche dépendant dans un Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) est une décision importante. Cela est lié à de nombreux défis logistiques, administratifs, et financiers, pour lesquels l’aide d’un conseiller social s’avère souvent indispensable.

You May Also Like

Webinar : préparer le retour au bureau

Webinar : Préparer son retour au bureau

Résultats enquête RH

Covid et nouvelles pratiques de travail – résultats d’enquête RH

Congé second parent

“Congé second parent 100% rémunéré – un fort message de l’entreprise sur l’équilibre vie professionnelle / vie personnelle”

Aide à la parentalité

“La mise en place d’une solution d’aide à la parentalité par l’entreprise est une initiative géniale !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *